Lu cette semaine (weekly)

Laisser un commentaire
Share
  • tags: écriture journalisme méthodologie

  • tags: benchmarking logiciel références bibliographiques

  • tags: lecture écran

    • le nombre des articles parcourus sur l’iPad est plus élevé que sur le support papier, mais aussi par superficialité : les utilisateurs retiennent moins bien le contenu.
    • alors que la vérification des emails exige plus d’attention, iPad est tenu de deux mains et les messages sont parcourus à l’aide de deux pouces.
  • Les travaux menés cette année au sein du GRP et du Pôle de compétences TICE ont porté en particulier sur la problématique des controverses et la manière de les représenter graphiquement. L’usage des cartes mentales s’est avéré intéressant dans cette perspective. La carte mentale s’immisce peu à peu dans les pratiques pédagogiques des enseignants. Certaines contributions relativement récentes et d’autres plus anciennes permettent d’apporter quelques réflexions et éclairages supplémentaires…

    tags: carte heuristique connaissance apprentissage

    • la problématique des controverses et la manière de les représenter graphiquement.
    • des solutions simplexes « permettent de traiter très rapidement […] des situations complexes, en tenant compte de l’expérience passée et en anticipant l’avenir.
    • formidable outil d’évaluation formative pour l’enseignant car elle lui permet de visualiser assez rapidement les processus cognitifs à l’œuvre chez l’élève
    • chez l’élève un cadre structurant de développement de sa pensée.
    • ce type de représentation graphique met l’accent sur des compétences de haut niveau (choix des concepts, hiérarchisation des éléments, relations entre zones sémantiques) et évite de se concentrer sur des capacités purement scripturales [3]
      • visualiser l’organisation des concepts et leurs relations
      • clarifier les attentes pédagogiques auprès des élèves (voir exemple de carte ci-dessous construite collectivement en classe)
      • inciter les élèves à utiliser des « habiletés intellectuelles de niveaux supérieurs »
      • favoriser les échanges entre élèves (conflit socio-cognitif, va-et-vient entre la carte vidéoprojetée et les représentations des membres du groupe)
    • une carte de concepts est une représentation sémantique de la mémoire déclarative »
    • Toute personne est amenée à soulager son activité cognitive en ayant recours à des supports artificiels de mémoire ou hypomnemata
    • L’intérêt pédagogique de la carte heuristique réside justement dans sa dimension visuelle et holistique [7] , facilitant ainsi la mémorisation des éléments présentés à condition bien sur d’en limiter le nombre.
    • Au final, le document réalisé ne constitue pas uniquement une trace du cheminement et/ou du travail de l’élève (brainstorming, prise de notes, tri des informations, support de présentation orale) ; il peut aussi être la cible visée proposée en fin de parcours ( production ultime) faisant ainsi l’objet d’une évaluation sommative (ce qu’indiquent Pierrette Jalbert et Joanne Munn
    • Se pose alors la question intéressante des critères d’évaluation de la carte ainsi réalisée ( pertinence des concepts, organisation des éléments, sens de lecture, illustrations, choix du thème graphique…).
    • la carte a servi de suivi des connaissances développées au cours des séances précédentes, celle-ci étant progressivement étoffée en fonction des apports
    • nous avons proposé aux élèves d’élaborer une définition du concept « oiseau » à partir d’une liste de mots-clefs (mélange de mots pertinents et d’intrus).
    • Cette démarche s’est trouvée facilitée par le mode brainstorming du logiciel MindManager et a permis d’aboutir à la réalisation présentée ci-dessous.
  • tags: confiance crédibilité expertise communication réseau social

    • La confiance peut probablement être vue comme une convention sociale pour pallier à l’absence de certitude. Dit plus crûment, on fait confiance par manque de temps pour prouver la chose. Voilà pourquoi il existe des institutions de validation (comme les journaux et les gouvernements, qui sont de formidables instruments de validation de masse).
    • Avoir la confiance, c’est devenir crédible aux yeux de son auditoire.
    • La crédibilité est une valeur projetée (c’est l’audience qui décide si vous êtes crédible, et non vous). La crédibilité a pour base l’occurence simultanée de plusieurs critères et varie avec les gens, les cultures et les époques.
    • Normalement, on se base sur un historique des relations et la recommandation des tiers.
    • Pour nous aider, on utilise Google comme un gigantesque filtre qui fusionne autorité et popularité basées sur le nombre de liens de références entrant et sortant d’un site
    • Ce système bâtit littéralement une réputation et une notoriété a posteriori.
    • sur le web, la qualité émerge a posteriori.
    • Pour votre présence en ligne, les gens s’attendent à ce que vous sélectionniez les références dans votre sphère d’expertise (en ligne ou non) que vous considérez comme les meilleures après un tri éclairé parmi tous les choix possibles.
    • Si l’on reconnaît que votre sélection de références est de qualité (pouvoir sélectionner des références est une forme d’expertise), on vous attribue alors de la crédibilité dans cette sphère en particulier.
    • D’une autre façon, on peut dire que la crédibilité ou l’autorité de la sphère vous est transmise.
    • les personnes qui reconnaissent votre expertise dans votre sélection pointent vers vous
    • À leur tour, ces personnes se voient reconnaître dans leur réseau de l’autorité dans le même domaine en vous ayant sélectionné comme référence à suivre
    • s’il faut une réelle expertise pour vous sélectionner comme expert, comment se faire repérer quand votre expertise est pointue et votre clientèle novice? Comment peut-on vous sélectionner si l’on n’est pas expert dans votre domaine?
    • La pertinence et la plausibilité de votre expertise tiennent à quatre points qui devront être vos quatre leitmotivs dans la logique éditoriale de votre présence en ligne
    • Intérêt. Accroître l’intérêt pour votre domaine. Éduquer vos futurs clients sur l’importance de votre sphère.
    • Habileté. Simplifier les concepts de votre domaine. En permettant l’assimilation aisée des enjeux ou des nouvelles importantes de votre sphère, vous augmentez les chances d’être pertinents pour votre clientèle clible.
    • Familiarité. Rendez familier le contenu à votre audience. Indiquez les impacts que votre domaine provoque dans leur vie et leur travail.
    • Points de comparaisons. Donnez des points de références pour que vos futurs clients puissent comparer. Vos lecteurs sont eux-mêmes experts dans leur propre sphère. S’ils peuvent faire le lien entre ce qu’ils connaissent et votre réalité, ils seront enfin capables de juger de votre expertise.
  • tags: données personnelles datamining sciences des données base de données stockage algorithme commerce algorithmique

    • a démultiplication des outils de collecte de données (comme le web ou nos téléphones mobiles qui enregistrent très facilement nos déplacements, mais également nos actions, nos relations…) et l’amélioration des outils d’analyses de données offrent aux entreprises des moyens marketing de plus en plus inédits,
    • Tant et si bien que cette capacité d’analyse de grands volumes de données (appelée la science des Big Data) a été analysée par des consultants du Credit Suisse comme “la plus significative révolution informatique de ces 20 dernières années”.
    • La tarification ou la recommandation dynamique annoncent l’arrivée du commerce algorithmique, un commerce où le prix est décidé par les données et les algorithmes…
    • Selon Lee Gomes, cette nouvelle science des données est rendue possible, par le fait que les bases de données et outils d’analyses ont été entièrement repensés ces dernières années ce qui a permis d’améliorer considérablement leurs performances et de réduire la mémoire qu’ils nécessitaient pour fonctionner.
    • c’est l’amélioration de la gestion des serveurs et du stockage à grande échelle, initiée par les travaux de Google pour indexer le web entier dans ses fermes de serveurs, qui a permis de faire de considérables progrès dans la performance du stockage et la gestion intensive de données distribuées (notamment via des systèmes basés sur Hadoop).
    • les connaissances algorithmiques ont également progressé permettant la structuration et l’interrogation plus rapide des bases de données (on parle de bases NoSQL pour désigner des bases de données non relationnelles).
    • l’accumulation de ces données et leurs croisements permettent de dire beaucoup de choses sur les gens avec peu d’information,
  • tags: intelligence internet ‘réseau social’

  • tags: philosophie révolte camus

Posted from Diigo. The rest of my favorite links are here.

À propos de Richard Peirano (ran)

Passionné par tout ce qui touche à l'expérience professionnelle et à la réflexivité dans l'apprentissage au travail, je veux faire évoluer ma pratique vers l'accompagnement et la formation à l'employabilité (promotion de son identité, développement de son réseau, analyse de son activité...) et à la professionnalité (bilan de compétences et d'orientation, portfolio...) Pour en savoir plus sur ma démarche de praticien réflexif

Laisser un commentaire