Sur la recherche d’informations sur l’orientation : sérendipité et personnalisation

[ 3 ] Comments
Share

Lors de la recherche sur le site inconnu, la deuxième phase de recherche sur google, nous avons trouvé une référence fort utile pour leur orientation. C’est pour nous l’occasion de faire un premier apport sur la sérendipité (même si ce n’en est pas probablement).

http://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-00596738_v1/

“Quel est le point commun entre les nanotechnologies, le Boeing F-16 Fighting Falcon, le bleu de Prusse, le nylon, le Viagra, la navigation sur le web, le bouddhisme, et… la vie en général : la sérendipité, ou l’art de trouver sans chercher en usant de sagacité. Le mot vient de l’anglais serendipity, forgé par H. Walpole à la suite de la lecture de l’ancien conte Les trois princes de Serendip. Cette notion reste encore opaque et mystérieuse dans la culture francophone, et pour qu’elle devienne plus familière, il faut accepter de suivre pas à pas les chemins de traverse qui mène de l’ancien nom de l’île lointaine de Ceylan à l’intéressant phénomène cognitif de la découverte inattendue. Chemin faisant, on prendra aussi le temps de scruter, à la manière des princes, les divers usages actuels du mot et de la notion, qui nous promèneront des restaurants de New-York aux méandres du cyberespace, en passant par l’objet du désir (de savoir) et la philosophie des sciences.”

Pour en savoir plus sur la sérendipité http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9rendipit%C3%A9
Et pour aller plus loin encore http://www.docstoc.com/docs/13850305/Serendipite-ou-lart-de-faire-des-trouvailles
Pour lire le conte des trois princes de serendip http://fr.wikisource.org/wiki/Voyages_et_aventures_des_trois_princes_de_Serendip

repéré chez Henri Kaufman http://henrikaufman.typepad.com/et_si_lon_parlait_marketi/2011/08/google-invente-le-moteur-de-s%C3%A9rendipit%C3%A9.htmlC’est juste un apport sur lequel nous ne nous sommes pas étendu. D’ailleurs les étudiants l’ont traduit comme une découverte par hasard ce que je ne crois pas que cela soit. Pour moi la sérendipité c’est la compétence ultime, et opératoire du chercheur d’informations.

Je reviens sur la sérendipité et sur la confusion, il me semble avec « trouver par hasard ». Pour moi, la sérendipité n’est pas du hasard mais doit être au contraire, pour moi, le processus supérieur de la recherche, bien au dessus de la veille. Il ne peut y avoir sérendipité que si le chercheur baigne dans un bain culturel dense. Dans ce sens, il ne trouve pas par hasard, mais à un moment fortuit qui reconfigure ses besoins d’informations toujours plus dense. Il faut donc avoir atteint un niveau d’incertitude (si je renvoie au besoin d’information) qui met le chercheur en alerte permanente (ou en veille).

La suite de l’exercice, je propose une copie d’écran de ma recherche préparatoire à l’exercice sur Google en expliquant bien le contexte. Sur une référence on peut lire à la dernière ligne la mention « vous avez consulté cette page le … » sous-entendu bien sûr, que c’est la seconde fois que je la consulte. Je pose donc la question aux étudiants comment il sait ça Google ? et je les renvoie vers la personnalisation avec deux références :

A lire, pour aller plus loin
http://descary.com/google-se-metamorphose-et-devient-un-moteur-de-recherche-social/
http://actu.abondance.com/2011/11/contextualisation-et-personnalisation.html

que comprenez-vous ? Echange -

Après avoir explicité rapidement avec les étudiants cette notion et les dangers d’enfermement qu’elle recèle (et beaucoup ont compris cela) on se trouve donc devant deux processus qu’il est intéressant de mettre dos à dos.

D’un côté un processus d’ouverture, basé sur la culture personnelle de chacun et sur la mise en relation avec l’inconnu et un processus de fermeture qui nous renvoie toujours à nous-même. Je n’ai pas développé plus en détail ces deux notions. Je me suis juste contenté de le noter.

Pour aller plus loin sur le sujet, un article d’affordance déjà ancien sur l’industrialisation de la sérentipité par rapport à l’évolution fonctionnelle sur le web, mais toujours d’actualité dans sa vision. L’article, découvert après l’activité, google invente le moteur à sérendipité de Henri Kaufman récapitule bien la problématique. Enfin pour en savoir plus, ce pdf sur le long voyage d’une notion par Pek van Andel & Danièle Bourcier qui ont, comme le précédent auteur cité publié un livre sur le sujet (références amazon aux noms des auteurs).

À propos de Richard Peirano (ran)

Passionné par tout ce qui touche à l'expérience professionnelle et à la réflexivité dans l'apprentissage au travail, je veux faire évoluer ma pratique vers l'accompagnement et la formation à l'employabilité (promotion de son identité, développement de son réseau, analyse de son activité...) et à la professionnalité (bilan de compétences et d'orientation, portfolio...) Pour en savoir plus sur ma démarche de praticien réflexif

3 réponses à Sur la recherche d’informations sur l’orientation : sérendipité et personnalisation

  1. [...] Suite à cette expérience, je vais publier quelques billets sur le scénario envisagé, l’exercice sur une recherche par rebond : le site inconnu, celui sur les sources à travailler, la question de ce qu’est une source et son application au parcours d’orientation de chaque étudiant. Il y a aussi quelques grains de contenus dont un sur les moteurs de recherche et la démarche de recherche, un sur la sérendipité et la personnalisation… [...]

  2. [...] La personnalisation, on la voit bien sûr avec Google, qui veut nous donner ce dont nous avons besoin au moment où nous le voulons en s’appuyant sur notre historique conservé dans ses immenses bases de données avec les risques déjà évoqués ici. [...]

  3. [...] La personnalisation, on la voit bien sûr avec Google, qui veut nous donner ce dont nous avons besoin au moment où nous le voulons en s’appuyant sur notre historique conservé dans ses immenses bases de données avec les risques déjà évoqués ici. [...]

Laisser un commentaire