Identité numérique en seconde, séquence 3 sur les fichiers numériques et le système d’identité

Troisième séquence sur l’identité numérique en ECJS en seconde après la séquence introductive sur la charte informatique et le travail sur la loi sur la liberté de la presse et son application en ligne autour de l’injure et la diffamation, et le travail fait autour de la cnil sur la notion de données à caractère personnel, de données sensibles et d’accessibilité de ces données.

J’ai prise le même principe que précédemment avec l’utilisation d’un mindmap sur freeplane et le rendu attendu d’un fichier open office à la fin de l’activité.

Deux aspects vont être travaillés avec les élèves, le premier concerne la notion de fichier numérique et doit déboucher sur la notion de base de données. Un fichier numérique c’est une base de données qui recense des informations personnelles concernant une personne et qui a un but de gestion, de contrôle, de connaissance des usages etc. On travaille alors avec la page de la cnil qui propose des fiches des fichiers numériques de l’Etat. Il s’agit juste de lire cette page, et de repérer la diversité de ces fichiers.

La seconde partie de l’activité, après avoir étendue la notion de fichiers à l’ensemble des activités en ligne, nous allons travailler sur soi dans le fichier à partir de la notion de système d’identité définie par Olivier Iteanu dans son livre sur l’identité numérique. Pour lui, les 4 critères pour un système d’identité sont la présence d’un identifiant, la présence d’un registre tenu par un tiers perennes et de bonne moralité, des documents extraits de ce registre et des droits et des devoirs qui sont accordés dans le système.

On prend comme exemple la carte bancaire et on travaille sur ces 4 aspects :

On a ensuite demandé aux élèves ce qu’était le système d’identité dans l’établissement. En conclusion, on va distinguer rapidement ce qui fait la spécificité du fichier de l’établissement par rapport à d’autres systèmes comme ceux de facebook par exemple : c’est les parents qui vont voir la secrétaire qui va inscrire l’enfant dans le registre. Des intermédiaires humains dans un système numérique fermé. La responsabilité sur les données est assumée collectivement par une entité perennes et  de bonne moralité et par les parents.

Je pense que c’est un aspect important à montrer à des lycéens.

Il reste deux aspects à travailler l’inscription du système d’identité dans le système d’information auquel on va associer le traçage des activités et ensuite la responsabilité de l’individu dans le système d’information, beaucoup plus large sur facebook que dans un établissement scolaire où elle est par essence collective.

Sur le contenu, je suis assez satisfait d’avoir réussi à arriver vers ces notions par contre je ne pense pas que le dispositif choisi soit pertinent. Il faut que je le retravaille.