Work in progress d’une expérimentation en classe de seconde sur l’identité numérique, 2

Après avoir présenté ce qui tourne autour de la loi sur la liberté de la presse, voici un nouveau support de formation à destination des élèves sur la loi informatique et liberté. Ce support se divise en deux temps. Le premier temps vise à construire la notion de « données à caractère personnel », le second vise à travailler sur les droits d’accès à ses données personnelles en France.

Dans la première partie, nous demandons aux élèves d’enregistrer la carte de formation dans leur espace personnel pour ensuite utiliser répondre aux exercices avec l’éditeur de notes de freeplane. Quand la carte sera achevée, il faudra qu’il l’exporte au format open office pour ensuite l’imprimer et nous la rendre sous cette représentation. Cette carte sera évaluée et va compter pour l’évaluation du b2i selon des critères définis par ailleurs.

Voici la première partie de la carte déployée

Nous demandons aux élèves de nous définir la CNIL, à partir du lien vers le document pdf  la cnil en bref, qui va être notre document support pour cette formation. Nous mettons ensuite en contexte la naissance de cette institution.

Nous demandons ensuite aux élèves de travailler sur la page 3 à définir ce qu’est une donnée à caractère personnel d’abord par copier coller du chapô et ensuite par extraction des mots clés importants. Ils doivent ensuite travailler sur chaque paragraphe et nous dire ce qu’ils en comprennent.

Nous terminons sur un point sur les données collectables et non collectables et sur la notion de sensibilité des données. Nous illustrons cela par une image embarquée dans le mindmap et qui correspond à la branche application sur l’image précédente. Cette image s’appuie sur un formulaire réel de Facebook  de constitution de profil auquel on a rajouté trois champs faux (c’est à dire qu’ils n’existent pas en réalité à la date d’aujourd’hui) et qui correspondent aux données sensibles :  religion, couleur de peau et ici sexe (ce qui est une erreur ; il faudrait plutôt mettre en avant un champs « orientation sexuelle » plus pertinent).

La suite de la formation s’appuie sur la seconde partie du mindmap et va travailler sur les droits des usagers, en France, car cette loi ne s’applique pas aux fichiers hors territoire français. C’est important à rappeler, car cela permet également de montrer le rapport entre droit et territoire et de montrer également qu’une part de nos données nous échappent justement parce qu’elles sont hébergées hors territoire.

Nous travaillons dans un premier temps sur la collecte et sur qui a accès à ces données en montrant que, par exemple un responsable de système d’information pourrait en savoir beaucoup sur nous alors que ce n’est pas son rôle.

Nous prenons pour cela l’exemple de la communication individuelle du montant de son salaire qui est perçue en France comme une donnée sensible et qui est accessible par le responsable SI qui a priori n’aurait pas à avoir accès à ces informations. Il s’agit d’un prestataire technique mais qui peut, s’il le souhaite avoir accès à ces informations.

Nous demandons ensuite aux élèves de remplir, avec leurs mots, les branches qui correspondent aux droits des usagers. Nous terminons sur comment saisir la CNIL.

Nous leur demandons enfin de remplir la dernière branche, qu’ont-ils appris ?

 

PDF    Envoyer l'article en PDF