Le 25 mars 1807, en Grande-Bretagne, le Slave Trade Act abolit la traite des esclaves. Il s’agit d’une loi parlementaire. Entrée en vigueur le 1er janvier 1808, le nom complet de cette loi est “Abolition of the Slave Trade Act”. Celle législation a aboli, non seulement, la traite des esclaves dans l’Empire britannique, mais aussi l’esclavage lui-même, en raison de la promulgation de l’Acte d’abolition en 1833. Ainsi, il a fallu, vingt-six ans, pour abolir effectivement la servitude. Mais comment est née cette loi ?

Le début de l’histoire de la loi sur l’abolition de l’esclavage

En 1787, selon l’histoire, la Commission pour l’abolition de la traite des esclaves a été créée par un groupe de protestants évangéliques britanniques et les quakers. Elle s’est formée pour s’opposer à l’esclavage et à la traite des esclaves. Surtout pour les Quakers, l’esclavage est absolument immoral et une condamnation de l’humanité.

Au fil des ans, les groupes abolitionnistes ont obtenu de plus en plus de succès. Notamment avec le soutien des membres du Parlement britannique car, une quarantaine de députés britanniques ont accepté leurs idées. L’alliance entre les protestants évangéliques, les quakers, et les êtres saints, était dirigée par William Wilberforce. Ce dernier était le leader le plus célèbre. Il s’était engagé pour lutte contre la traite des esclaves. De l’autre côté de cette cause, de nombreux parlementaires considèrent leur lutte personnelle contre l’esclavage comme un ordre de Dieu. Bref, les motivations religieuses sont clairement très fortes.

Le statut précaire, du gouvernement de Lord Grenville, a également contribué au succès du mouvement anti-esclavagiste. Cet homme d’état de la britannique a été salué comme le ministère de tous les talents, pendant son mandat de premier ministre. Greenville, lui-même, a mené la lutte pour adopter le projet de loi, à la Chambre des lords. Tandis qu’à la Chambre des communes, il était dirigé par Charles James Fox. Mais, cet homme est mort avant que la loi ne soit promulguée.

L’abolition du traité d’esclavage, fortement soutenue par les hommes d’État

Cependant, d’autres événements ont joué un rôle important dans l’adoption de la loi pour l’abolition de la traite des esclaves. La première a été la loi sur l’Union. Celle qui a permis à une centaine de députés, irlandais, d’entrer au Parlement. La plupart d’eux avaient accepté, d’abolir la peine de mort. Le projet de loi a été présenté au Parlement, pour la première fois, en janvier 1807. Et l’acte est arrivé à la Chambre des communes le 10 février. Treize jours après le début de la bataille, Wilberforce et ses hommes remportent la victoire dont ils rêvaient. Le projet de loi, visant à abolir la traite des esclaves, est voté à une écrasante majorité. L’opposition ne dispose que de 283 voix. 16 votes ont été soumis à la Chambre des représentants. Le débat a duré, environ dix heures, avant que la chambre ne vote le projet de loi.

La loi sur l’abolition de l’esclavage, preuve de la bonne moralité de la Grande-Bretagne  

Le 25 mars 1807, le décret est officiellement promulgué et approuvé par la famille royale. Même si on la compare à la France de l’époque, on peut apprécier le succès de cette loi. C’était pendant les guerres napoléoniennes. En fait, si la Révolution française a, initialement, déclaré l’esclavage illégal par des actions qui ont suscité l’admiration de nombreuses personnes à travers le monde. Alors, Napoléon a facilité la restauration de l’esclavage en Haïti et en Guadeloupe, en 1802. Cet homme de l’histoire a envoyé des troupes sur les deux îles, pour affronter les esclaves libérés et les ramener aux chaînes. Par conséquent, bien que la loi anglaise de 1807 n’interdise que la traite des esclaves et non l’esclavage, elle constitue une victoire morale et surtout sur la France pour la Grande-Bretagne.

La loi sur l’abolition de l’esclavage, approuvée par de nombreux pays

Dans les années suivantes, l’Empire britannique a utilisé sa puissance internationale pour faire pression sur d’autres pays et les exhorter à mettre fin à la traite des esclaves. En particulier, les États-Unis ont aboli la traite internationale des esclaves, le 2 mars 1807. Mais ils n’ont pas aboli la traite domestique des esclaves. En 1810, la Grande-Bretagne a signé un traité avec le Portugal. Selon lequel, les Lusitaniens acceptèrent de restreindre la traite des esclaves à leurs colonies. Trois ans plus tard, un traité anglo-suédois stipulait que la Suède va adopter l’interdiction de la traite des esclaves. Puis, en 1814, ce sont les Pays-Bas et le Royaume-Uni qui ont conclu une convention pour abolir la traite des esclaves. Ensuite, le Traité de Paris a déclaré la traite des esclaves contraire aux principes de justice naturelle. Et France a promis de l’abolir d’ici cinq ans. Enfin, l’Espagne a accepté en 1817 d’abolir le commerce d’ici trois ans.

Les amendes, mesures d’accompagnement pour faire respecter la loi

D’un point de vue pratique, l’entrée en vigueur de la loi sur la traite des esclaves impose des amendes élevées aux capitaines. Ceux qui continuent la traite. Tout esclave trouvé sur le navire doit être condamné à une amende. Cent livres. En 1808, la Royal Navy établit l’escadron ouest-africain, pour contrôler la côte ouest de l’Afrique. Jusqu’en 1860, plus de 150 000 hommes noirs, c’est-à-dire Africains sont libérés. Et environ 1 600 navires sont sécurisés.

En Grande-Bretagne, l’abolition de l’esclavage était un processus particulièrement précoce. Celle qui atteignit son apogée en 1833. Cela peut s’expliquer par le puissant mouvement abolitionniste. Celle qui a émergé à la fin du XVIIIe siècle, en particulier à la fin du XVIIIe siècle.

Cercles indisciplinés, source de la loi

Ces sociétés visaient initialement à abolir la traite des esclaves. Dans l’espoir que, l’abandon de la traite conduirait au déclin graduel et progressif du système esclavagiste basé sur l’esclavage. Cette propagande très efficace, diffusée par la société abolitionniste, a provoqué une certaine réponse dans l’opinion publique britannique. Cette réponse s’est reflétée dans la production de la pétition spectaculaire aimée par les cercles radicaux britanniques à l’époque. Ces requêtes ont, ensuite, été soumises au Parlement pour soutenir les actions de législateurs tels que William Wilberforce. Celui qui a fait campagne pour anéantir la peine de mort.

L’effet de la loi n’était pas immédiat

La traite des esclaves a été abandonnée en 1807 et l’esclavage, en 1833, notamment grâce aux actions de l’Association anti-esclavagiste. Cependant, afin de maintenir l’équilibre économique des colonies antillaises britanniques, la loi a choisi de se retirer progressivement de l’esclavage. Par conséquent, pendant un certain temps, selon les catégories individuelles, les esclaves qui apprennent la liberté doivent fournir un travail non rémunéré à leurs anciens maîtres. La libération générale définitive n’a eu lieu que le 1er janvier 1838.

La loi de l’abolition de l’esclavage, origine de la décolonisation

En outre, l’abolition de l’esclavage dans ses colonies a encouragé les pays du Commonwealth à mettre en œuvre leur politique de lutte contre la traite, à l’échelle internationale. Initiée en 1807, par des accords bilatéraux, la convention oblige les États colonisateurs à abandonner la traite des esclaves à ses ennemis vaincus ou à ses alliés endettés. Dans ce cas, la Royal Navy, et son escadron interne britannique africain, est principalement responsable de la chasse aux navires négriers, au large des côtes africaines depuis des décennies. Bien que le coût de l’opération soit élevé, il n’est pas inutile d’établir et de renforcer les Britanniques dans l’océan et l’espace africain.

Hégémonie

Malgré les différences, la politique cohérente de la Grande-Bretagne consiste à imposer une auto-interdiction de la traite des esclaves. Elle assèche, progressivement, la traite qui en résulte.