Pierre est né en Galilée, c’est un pêcheur. Son nom d’origine est Simon Pierre. Il fait partie du cercle étroit des apôtres de Jésus, l’un des plus affectueux, à tel point qu’après la crucifixion et la résurrection du Christ, il a été nommé maître et fondateur de l’Église catholique : saint Pierre est en fait considéré comme le premier pape. C’est à lui, comme à Saint-Paul, que nous devons la grande impulsion à l’évangélisation et à la diffusion de la religion chrétienne parmi ceux qui suivent encore le paganisme. Les sources de la biographie de Pierre remontent au Nouveau Testament, en particulier les quatre évangiles et les Actes des Apôtres. On a également retrouvé deux lettres que la tradition chrétienne lui attribue, mais dont l’authenticité est fortement mise en doute.

Biographie courte de Saint-Pierre 

Saint Pierre est né au début du Ier siècle av. J. -C, pour mourir aux alentours de 64-68 à Rome. Selon les Évangiles, il porte le nom de Simon avant d’être renommé Pierre par Jésus et de devenir l’un de ses disciples : “Tu es Pierre et sur cette pierre, je bâtirai mon Église” (Matthieu 16,18-19). Le Christ lui a donné ce nom pour symboliser sa fonction de fondateur de l’Église. Mais d’après certaines sources, Jésus a également fait un jeu de mot lié à sa personnalité assez rustre. Très peu d’informations sont disponibles quant à la vie de l’homme avant cette rencontre, cependant, il semble que Pierre, originaire de Bethsaïde, était pêcheur sur le lac de Tibériade. C’est avec son frère André qu’il décide de suivre Jésus. Il devient rapidement son apôtre le plus proche. Il accède au titre de premier évêque de Rome à la mort du Christ, devenant le prédécesseur des Papes actuels. Il détient également les clés du Paradis, d’après une parole de Jésus rapportée par Matthieu : “Je te donnerai la clé du royaume des cieux, en sorte que ce que tu lies sur la terre soit lié dans les cieux, et que ce que tu délies sur la terre soit délié dans les cieux.” (Matthieu 16,18-19). Saint-Pierre assiste à la Transfiguration et aux miracles de Jésus, avant de le renier trois fois lors de la Passion du Christ. Après la Résurrection, il s’impose comme dirigeant majeur des premières communautés chrétiennes, et prend la décision d’accepter les païens, principalement des juifs aux assemblés chrétiennes le jour de la Pentecôte. Sous l’empereur romain Néron, saint Pierre meurt en martyre, une tradition catholique entretenue au travers d’un grand nombre d’œuvres artistiques. La basilique Saint-Pierre de Rome : Vatican, la première et la plus ancienne des nombreuses églises dédiées au saint, est construite à l’endroit même de sa mort. Mais il est important de souligner que la date ainsi que les circonstances de sa mort restent incertaines, notamment le lieu traditionnellement retenu pour sa crucifixion, à savoir le Cirque du Vatican.

Quel jour fête-t-on la Saint Pierre ?

La Saint-Pierre est fêtée par l’Église catholique et orthodoxe le 29 juin, date du martyre de Pierre selon la tradition. Saint Pierre, aussi appelé apôtre des juifs, et Saint-Paul connu pour être l’apôtre des gentils auraient été exécutés le même jour, bien que les sources n’indiquent pas toutes la même année pour les deux hommes. On trouve également la date du 22 février pour fêter le saint et son premier siège épiscopal à Antioche. À l’époque troisième ville la plus importante du monde romain, après Rome et Alexandrie, Antioche accueille saint Pierre pour son premier apostolat. La chaire pontificale de saint Pierre à Rome est fêtée le même jour, et ce, depuis la réforme du calendrier opérée par Jean XXIII. Ces deux événements ont été regroupés, établissant ainsi un lien entre les Églises catholique et orthodoxe.

La vie de l’Apôtre Pierre

La solennité de Saint-Pierre est célébrée avec Saint-Paul le 29 juin de chaque année. Les deux saints sont considérés comme les fondateurs de l’Église chrétienne, c’est pourquoi la liturgie prévoit qu’ils soient célébrés ensemble. Saint Pierre est le protecteur des pêcheurs et des papes. Il semble que Peter soit l’auteur de certains écrits apocryphes, qui ne sont cependant pas considérés comme des sources historiques fiables. On retrouve des traces de la biographie et des œuvres de Pierre dans les écrits des Pères de l’Eglise, dont les témoignages ont également été corroborés par des découvertes archéologiques. Des Actes des Apôtres émerge la figure de Pierre comme un homme sans éducation, sans préparation scolaire ni connaissance des Saintes Écritures. Mais il est certainement le plus spirituel des Apôtres, curieux d’apprendre et impétueux dans ses discours. En effet, dans les récits de l’Évangile, Pierre demande souvent à Jésus des explications et des commentaires sur les paraboles et sur ce qui se passe en général. Par exemple, dans une circonstance, Pierre demande au Maître combien de fois, il faut pardonner à ceux qui nous ont fait du tort. Sept fois ? et le Seigneur lui répond : “Soixante-dix fois sept, ce qui est une façon de dire toujours. Lorsque Jésus montre à ses disciples qu’il est capable de marcher sur l’eau, Pierre est le seul parmi les siens à lui demander de faire de même. À défaut, il se rend compte que pour faire de tels gestes, il doit avoir une foi absolue et totale.

Ce que Pierre a fait avant et après la mort de Jésus-Christ

Malgré sa très forte dévotion à Jésus, Pierre l’a nié à trois reprises lors de l’arrestation et de la crucifixion, pour le regretter amèrement. Plusieurs fois, le Maître l’a repris à cause de ses réactions impétueuses, comme lorsqu’il a essayé de s’opposer à ceux qui voulaient capturer le Fils de Dieu. Après la mort de Jésus, Pierre a réuni les apôtres et les disciples pour diffuser ses enseignements. Avec la descente du Saint-Esprit : Pentecôte, ils ont reçu une nouvelle énergie et un nouvel enthousiasme pour faire face à leur mission. Peter fait aussi des miracles, ressuscite Jaffa et Tabita et guérit un infirme devant le temple. La mort de Pierre, entre 64 et 67 ans, est l’une des nombreuses victimes des persécutions menées par l’empereur Néron contre les chrétiens. Selon la plus ancienne tradition, saint Pierre a été crucifié la tête en bas, par sa volonté, tandis que saint Paul a subi le même sort hors des murs de Rome. La figure de Pierre est centrale dans l’histoire de l’Église catholique : c’est Jésus lui-même qui l’a choisi comme chef de la future Église de Rome “Tu es Pierre et sur cette pierre, je bâtirai mon Église”, lui a-t-il dit. C’est lui qui a inauguré l’institution que nous appelons encore aujourd’hui “Église”, structurée hiérarchiquement pour guider les croyants dans leur chemin de croissance spirituelle à travers les Sacrements. Le corps de Saint-Pierre est enterré là où la basilique de Constantin est ensuite érigée.