Il existe cinq sens : l’odorat, le goût, la vue, le toucher et l’ouïe ; c’est par eux que nous recevons les informations du milieu environnant, ils nous permettent d’interagir avec les gens et l’espace qui nous entoure, ils nous apportent la beauté, l’inconfort, le plaisir et la peur. Mais recevons-nous tous ces informations de la même manière ? Le courant qui soutient la programmation neuro linguistique soutient que le monde tel que nous le voyons n’existe pas : c’est nous qui le réinterprétons en fonction de notre personnalité et de la prédominance d’un des sens sur les autres. Cela est lié au thème de la prédominance du cerveau (par exemple, si notre prédominance est la gauche, nous aurons tendance à utiliser plus de logique et d’ordre ; si nous utilisons davantage le côté droit, nos compétences seront plus créatives, originales et flexibles). Selon la théorie du PNB, chacun dispose d’un canal psychique pour comprendre le monde et entrer en relation avec les gens. Vous voulez savoir quel est le vôtre ?

Comment vous situez-vous par rapport à votre réalité ?

Prenons un exemple : normalement, lorsqu’on vous présente une personne, comment réagissez-vous ? Selon la théorie du PNB, les personnes qui utilisent le canal auditif préfèrent généralement un “Bonjour, comment allez-vous ?”; celles qui préfèrent faire un sourire ou un geste de courtoisie utilisent le canal visuel. Enfin, ceux qui choisissent un câlin sont plus kinesthésiques. Il est clair que nous avons tous un petit mélange de ces trois dimensions et que nous les utilisons dans des situations différentes, mais il y a toujours la prédominance d’un sens sur l’autre. Par exemple, le sens plus développé en nous sera décisif pour la façon dont nous acquerrons de nouvelles connaissances et notions ; nos goûts et nos intérêts ont également à voir avec ces dimensions, puisque, d’une certaine façon, les sens sont liés à notre personnalité.

Visuels

Vous pouvez aimer écouter de la musique en conduisant ou, au contraire, lorsque vous arrivez en ville et que vous constatez que la circulation est plus dense et plus complexe, la radio allumée vous dérangera, surtout si elle ne joue pas de la musique mais des bavardages. Si dans ces conditions, vous ne pouvez pas vous concentrer, c’est un petit signe que vous utilisez davantage ce sens. Les personnes de ce type ont un niveau d’énergie élevé, elles sont agitées et observatrices, elles saisissent tous les détails et de nombreux aspects mineurs que les autres personnes ne remarquent même pas. Normalement, ils visualisent les images dans leur esprit afin de pouvoir s’en souvenir et, pour ce faire, il est fréquent qu’ils doivent prendre des notes. Ils ont besoin d’un endroit calme pour se concentrer.

L’audition

Faites-vous partie de ceux qui aiment exprimer leurs pensées à voix haute ? Vous préférez que les autres vous expliquent les choses plutôt que de les lire vous-même ? Avez-vous l’habitude de suivre facilement les conversations avec les gens, même si vous détournez le regard ? Si les réponses sont oui, alors votre façon de traiter l’information est auditive. Selon le PNB, ces personnes sont détendues, communicatives et douées pour s’exprimer ; elles aiment converser et se souviennent en détail de tous les mots qu’elles ont entendus.

Kinesthésique

Quelles sont vos passions ? Vous aimez la cuisine, le sport et le travail en plein air ? Vous préférez vivre des expériences avant de vous informer ? Selon la PNL, bien qu’ils soient silencieux, les kinesthésiens ont un goût particulier pour les émotions et tout ce qui a trait au travail manuel : ils aiment tester leur sens du toucher, du goût et de l’odorat. Sur le plan social, ils sont très expressifs, recherchant la proximité et les câlins. Bref, le contact physique en général. Ils n’ont pas un intérêt marqué pour les détails, comme les personnes visuelles, mais ils sont plus spontanés et ont tendance à rechercher les émotions à la première personne. Pour conclure, il est clair que nous possédons tous des traits de toutes ces dimensions, mais la chose intéressante que nous dit le PNB est que notre façon de comprendre la réalité est intimement liée à notre personnalité et à nos cinq sens. La théorie du PNB vous donne une occasion supplémentaire de faire connaissance et vous donne une perspective intéressante, utile pour ouvrir la porte à l’auto-connaissance un peu plus.

Pourquoi la communication kinesthésique est-elle si importante ?

La communication kinesthésique, ou kinésique, est l’une des diverses formes de langage qui habitent l’être humain. De manière générique, elle est également appelée langage corporel et correspond à tous les mouvements du corps. Il est important de savoir que la communication kinesthésique est très puissante. Elle transmet de nombreuses informations sur le caractère et l’état émotionnel d’une personne. Bien que nous ne soyons généralement pas conscients de la façon dont nous transmettons des messages à travers ces codes, ni comment nous les recevons, ce type de communication marque clairement la communication entre deux personnes ou plus. Les éléments de ce langage sont essentiellement les gestes, la posture, le regard et les mouvements du corps. En d’autres termes, tout ce qui remplace ou complète le langage verbal. Nous pouvons également inclure le ton de la voix et le contact physique qui s’établit avec les autres. Dans la mesure où le thème du langage corporel en général a d’ores et déjà été largement traité jusque à présent, nous nous concentrerons ici sur le contact tactile avec les autres.

Communication kinesthésique et le toucher

Le toucher est l’une des composantes les plus importantes de la communication kinesthésique. Chaque être humain possède son propre comportement tactile, même si nous n’en sommes pas toujours conscient. Cela englobe toutes les manières d’entrer en contact avec les autres en utilisant la peau, autrement dit, en établissant un lien physique. Il s’agit en fait de l’une des formes de communication qui s’est le plus perdue. Les nouvelles technologies nous amènent à avoir de plus en plus souvent des contacts tactiles avec des appareils. En revanche, le contact physique avec les autres personnes est de plus en plus rares. Nous communiquons avec les autres en utilisant un appareil et de manière très parcimonieuse avec la peau. Les principales formes de communication kinesthésique utilisant le toucher sont le salut, les baisers, les accolades, les caresses et les coups. Certains incluent également les applaudissements dans cette catégorie, mais ces derniers correspondent en réalité davantage au plan auditif et visuel.

L’importance de la communication tactile

La communication kinesthésique à travers le toucher est l’un des moyens les plus primitifs d’entrer en contact avec d’autres êtres humains. L’une des plus authentiques et essentielle également. Le premier contact tactile que nous éprouvons se produit avec l’allaitement maternel. Au-delà d’être un moyen d’absorber de la nourriture, le bébé commence à former son affectivité grâce à cet acte. Il en va de même pour les caresses que lui prodigue sa mère. Ce type de communication tactile est si important qu’une large partie des mammifères lui consacrent une grande partie de leur temps. Cela est très évident chez les singes par exemple. Ils se toilettent, se câlinent et se touchent en permanence. Chez l’homme, le besoin de ce type de communication kinesthésique est encore plus important. Un enfant qui n’est pas caressé survit difficilement lors des premiers mois de vie et s’il y parvient, il se peut qu’il développe des difficultés émotionnelles. Cette nécessité se maintien tout au long de la vie, bien qu’elle devienne plus modérée au fil du temps. Même ainsi, il existe des moments spécifiques, comme lors d’un deuil ou d’une maladie, où ce besoin se fait davantage ressentir.

La signification du toucher

Lorsque nous donnons notre main lors d’un salut, une communication kinesthésique tactile s’en trouve configurée. La force de cette poignée de main, ainsi que la façon de prendre la main de l’autre, révèle un certain type de lien. Parfois, ce type de contact est fondamentalement neutre. D’autres fois, nous lui attribuons des caractéristiques de chaleur, lesquelles facilitent un contact plus étroit. La culture influe sur la façon dont nous nous touchons. Certains endroits sont davantage marqués par la distance émotionnelle, réduisant par la même le contact physique au minimum.