Le monde entier connaît l’Italie pour ses grands artistes, comme Michel-Ange, Leonard de Vinci ou Botticelli. Mais aussi pour ses délicieuses pizzas ou ses spaghettis à la bolognaise. Mais le pays à la “botte” qui a traversé plusieurs luttes politiques et militaires a également un héros connu internationalement! Guissepe Garibaldi qui lutta pour l’indépendance de son pays. LE “héro des deux mondes” comme on le surnomme, car il fit aussi la révolution en Amérique du Sud pour la liberté, n’est pourtant pas à l’origine de la création de l’emblème national. Et non, car le drapeau italien, s’est beaucoup inspiré de l’étendard français, symbole des valeurs révolutionnaires.L’aspect tricolore du drapeau italien a été inspiré du drapeau français. Ce sont les troupes de Napoléon en 1796 qui ont donné cette idée en traversant l’Italie. Les couleurs ont été adoptées par les armées italiennes qui combattaient aux côtés de l’armée française. Ce drapeau est devenu l’emblème de la liberté pour le peuple Italien au cours de la première république, jusqu’en 1814.  Le vert a juste remplacé le bleu. On dit même que c’est Napoléon Bonaparte qui aurait pris cette décision. La première version de ce drapeau tricolore est donc apparue en 1798.

Histoire du drapeau italien

Le tricolore italien est le drapeau officiel de l’État italien. Sa naissance, inspirée par les idéaux libéraux de la Révolution française, a eu lieu à Reggio Emilia le 27 décembre 1796, lorsqu’une assemblée de 110 délégués présidée par Carlo Facci a décrété la constitution de la République Cispadane. Dans ce contexte, c’est Giuseppe Compagnoni qui a proposé l’adoption d’un drapeau composé des couleurs verte, blanche et rouge. L’administration est arrivée quelques jours plus tard, le 7 janvier 1797. Au cours de cette période historique, la péninsule italienne a été occupée par les troupes de Napoléon. Le Royaume d’Italie a été proclamé quelques années plus tard, le 17 mars 1861, et le tricolore est considéré comme le drapeau officiel, même si sa définition légale a eu lieu en 1925, lorsque le drapeau de l’État, en plus des trois couleurs, montrait également les armoiries de la maison royale. Après la Seconde Guerre mondiale, après la chute du fascisme et l’abolition de la monarchie, la République est née et avec elle a été définie, lors de l’Assemblée constituante, la forme définitive du drapeau de l’État italien : le tricolore avec des bandes verticales de taille égale aux couleurs verte, blanche et rouge.

En 1796, l’Italie est traversée par les armées victorieuses de Napoléon Bonaparte et les nombreuses républiques qui naissent, d’inspiration française, sur les cendres de l’Ancien Régime, adoptèrent presque toutes des drapeaux caractérisés par trois bandes d’égales dimensions, avec des couleurs variées, mais clairement inspirés du modèle français de 1790. De même, les régiments italiens qui soutenaient l’armée de Bonaparte arboraient ces trois couleurs (notamment ceux de la Légion lombarde puis ceux de la Légion italienne qui recrutait en Émilie-Romagne). Il est possible que Napoléon ait lui-même choisi ce tricolore (il préférait le vert au bleu). Le drapeau de la Cispadanie est avec des bandes horizontales et frappé, au centre, de l’emblème de la république (un carquois contenant quatre flèches, entouré de laurier et orné par un trophée d’armes). Les bandes deviennent verticales quand la Cispadanie est incorporée dans la République cisalpine. Pendant l’ère napoléonienne, naissent donc des États éphémères, comme la République ligurienne, la République romaine, la République parthénopéenne ou la République ancônitaine. Mais ces Républiques ne survivent pas à la contre-offensive austro-russe de 1799 et finirent par se fondre peu à peu dans la première République italienne (1802-1805) devenue Royaume d’Italie (1805-1814). Ces républiques représentent aussi la première expression des idéaux d’indépendance qui alimentèrent le Risorgimento. Et ce fut pendant ces années que le drapeau de symbole dynastique ou militaire devint un symbole populaire des libertés conquises et donc de la nouvelle nation, bien que Napoléon eut préféré, pour le royaume dont il ceint la couronne, une disposition différente des trois couleurs.

Pendant les décennies qui suivirent le congrès de Vienne, le drapeau tricolore fut interdit par la Restauration, mais fut hissé par les insurgés des mouvements et soulèvements de 1831. Goffredo Mameli compose dans son Canto degli Italiani (qui deviendra hymne national) en 1847 : « que nous recueille un unique drapeau, un espoir ». Et le 23 mars 1848, Charles-Albert de Sardaigne adresse aux populations de la Lombardie-Vénétie, la fameuse proclamation qui annonce la première guerre d’indépendance et qui se termine par ses mots : pour mieux démontrer, par des signes extérieurs, le sentiment de l’union italienne, nous désirons que nos troupes portent l’écu de Savoie placé sur le Drapeau tricolore italien. À cet écu de Savoie fut ajouté un bord bleu afin d’éviter que la croix, blanche et rouge, se confonde avec le blanc et le rouge du drapeau. La forme actuelle du drapeau est utilisée depu is le 19 juin 1946 (retrait des armes royales), et officiellement depuis le 1er janvier 1948, date de l’adoption de la constitution italienne.Le traité de Vienne a interdit le drapeau italien pour une période de plus de trente ans. Charles Albert de Savoie demande que l’on y ajoute l’écu de Savoie en 1848. Aujourd’hui l’écu sur le drapeau italien n’y figure plus. Cela donne la forme sous laquelle on la voit actuellement, une forme sous laquelle elle existait déjà depuis le 19 Juin 1946 en tant que drapeau officiel de la République Italienne.

L’origine du drapeau italien

Son origine n’est pas certaine, mais voici quelques théories possibles: Le drapeau italien est très proche du drapeau français, à une couleur près. En effet, suite à la campagne d’Italie par Napoléon, les italiens se seraient inspirés du drapeau français pour leur drapeau en utilisant les couleurs des uniformes de la garde civile de Milan, rallié à Napoléon. Le vert aurait également été la couleur préférée de l’empereur Napoléon.  Le 18e chant du Purgatoire de Dante décrit Béatrice en utilisant les couleurs des 3 vertus théologales (le blanc pour la foi, le vert pour l’espoir et le rouge pour la charité). Le drapeau aurait repris ces couleurs pour désigner cette nation catholique. A l’école, on apprend aux enfants que le vert est pour les collines des Monts Apennins, le blanc pour la neige des Alpes et le rouge pour le sang des martyrs des 3 guerres d’Indépendance du XIXème siècle.  Une autre explication un peu fantaisiste du drapeau tricolore italien serait une référence gastronomique au plat national: la pasta bianca con sugo e basilico (le blanc des pâtes, le rouge de la sauce tomate et le vert du basilic). Extrait du communiqué de presse du bureau du Premier ministre italien “Le 07 janvier de chaque année, le drapeau italien, qui a été levé, il y a plus de 200 ans, est célébré comme un symbole d’unité et de liberté dans notre pays. C’est le drapeau des “Cinq jours” de Milan, de Garibaldi des guerres pour l’indépendance ; le drapeau des soldats décédés au cours des deux guerres mondiales, de tous les citoyens italiens qui doivent défendre l’honneur, l’unité et la liberté de l’Italie”. Déclaration du Président de la République, Carlo Azeglio Ciampi, à l’occasion du Festival du drapeau italien “L’Italie a salué, il y a cinquante ans, le retour de Trieste et a rendu hommage aux morts de Nassiryia ; les maires et les enseignants de toutes les municipalités italiennes, à l’occasion des différentes fêtes locales et nationales, confient souvent ce drapeau aux enfants de nos nouvelles générations, ils leur confient avec notre drapeau notre histoire et notre espoir. Une civilisation ancienne aux valeurs démocratiques sur laquelle reposent à la fois nos institutions et celles d’une Europe qui est parvenue à surmonter les divisions de ses différents peuples. L’Italie peut regarder en arrière avec fierté et avancer avec sérénité”.

Signification du drapeau italien

Les couleurs qui se trouvent sur le drapeau italien sont expliquées de différentes manières. La symbolique reste cependant la même, il s’agit des couleurs portées par les légions italiennes. Les couleurs de leurs uniformes quand ils soutenaient Bonaparte étaient de couleur verte avec un peu de blanc. Le rouge est venu s’ajouter à la couleur de ces uniformes en 1796 à la naissance de la Garde Nationale. Ces couleurs ont été utilisées sur le drapeau pour la première le 7 Janvier 1797 quand Bonaparte avait proclamé la république Cispadine. Les couleurs du drapeau italien sont également rapportées au personnage de Béatrice de Dante à qui on avait associé les trois couleurs qui décrivent les vertus théologales. Le vert relatif à l’espoir, le blanc à la foi et le rouge à la charité. Dernièrement, on avait associé le vert aux collines des monts Apennins et le blanc aux neiges sur les Alpes, le rouge au sang se rapporte au sang versé au cours des guerres d’indépendances du 19e siècle.

Les couleurs officielles du drapeau italien sont le vert pelouse brillante, le blanc couleur lait et le rouge tomate. La célébration de ce drapeau ce fait tous les ans le 7 Janvier lors de la Festa del Tricolore ou la fête du drapeau. Le vert : pour les collines des Monts Apennins (ou parce que c’était la couleur préférée de Napoléon). Le Blanc : pour la neige des Alpes (ou pour le symbole de la monarchie pour le drapeau français) et le Rouge : pour le sang des martyrs (de la période révolutionnaire de la fin du XVIIIè sièvle ou des 3 guerres d’Indépendance du XIXème siècle). Le drapeau tricolore italien est un drapeau de proportion 2:3 composé de 3 bandes verticales de couleurs vertes, blanches et rouge. il est très proche du drapeau français, à une couleur près.  Le drapeau reprend donc les couleurs de la République Transpadane, mais certains auteurs ont voulu donner un signification plus littéraire, plus poétique. Dante décrit Béatrice de trois couleurs vertueuses : le vert de l’espoir, le blanc de la foi et le rouge de la charité.Pavillons italiens. Il y a deux modèles de pavillons italiens. Le premier, est le pavillon civil (ou marchand), qui reprend le tricolore italien, augmenté dans sa bande blanche d’armoiries. Le second modèle, est le pavillon de guerre, qui reprend le pavillon civil italien avec les armes coiffées d’une couronne navale. Les armoiries sont une association des croix de Gênes, d’Amalfi et de Pise avec le lion de Venise, pour rappeler le glorieux héritage maritime de l’Italie. Dans le pavillon civil le lion vénitien tient un livre, dans le pavillon de guerre, il tient un glaive.